• Histoire •

Création et débuts de l’école française de Saint-Louis

Le contexte

En 1979, beaucoup de Français vivent et travaillent à St Louis. La plupart sont enseignants dans les lycées de la ville. Ce sont, soit des VSN (volontaires pour le service national), soit des enseignants coopérants. Les VSN sont des jeunes qui effectuent leur service national, ils sont soit enseignants titulaires, soit ingénieurs. Quelques autres sont médecins à l’hôpital (chirurgiens, gynécologue, dentiste…). Quelques ingénieurs agronomes travaillent à la SAED ou dans des fermes pilotes. Enfin, il y a aussi des commerçants (épiciers, boucher, pharmaciens…).

Au total c’est entre 300 et 400 Français qui vivent à St Louis. Beaucoup sont en famille et ont des enfants d’âge scolaire. M. Blanc est alors le Consul de France dans la ville.

La scolarisation des enfants français

Ces enfants sont scolarisés soit dans l’école des sœurs sur l’île, près de la cathédrale, soit dans une petite école privée tenue par Mme Cissokho. Mme Cissokho est une Française dont le mari est alors directeur de la SAED.

Cette école comprend 1 classe maternelle et 1 classe primaire et se tient dans une villa louée à la pointe nord de l’île. Quand son mari en 1979 est nommé ministre des eaux et forêts, Mme Cissokho quitte Saint Louis et ferme son école.

La création de l’Ecole française

Sous l’impulsion de M. Blanc, Consul, et avec son soutien très actif, une réunion des Français qui ont des enfants scolarisables se tient au centre culturel en mai 1979. La création de l’Ecole française est décidée à l’unanimité. Un 1er bureau est élu avec pour tâche de créer l’Association des parents d’élèves et d’assurer la prochaine rentrée.

  • Président : Christian Dumarty
  • Secrétaire : Yannick Gaujean
  • Trésorier : Alain Coupey
  • Membres : Michel Zuelgaray, Delmas, Moreau.

La 1ère année de fonctionnement (1979-1980)

La rentrée se fait dans la villa qu’occupait l’école de Mme Cissokho avec le matériel pédagogique et le mobilier rachetés par l’Association. Les enseignantes sont Mme Marie Guilloteau, Mme Moreau et Mme Joelle Murris dont les maris sont coopérants. Une soixantaine d’enfants se répartissent de la maternelle au CM2. Nous n’avons aucune aide du gouvernement français (ni en personnel, ni en subventions). Les frais de scolarisation sont entièrement couverts par les droits d’écolage que paient les parents.

Cette 1ére année est très chargée, car en plus d’assurer le bon fonctionnement de l’école, nous devons monter des dossiers de demandes de subventions et de demandes de personnel. Nous choisissons un terrain et lançons le projet de construction de notre école. Le terrain est celui occupé actuellement : au bord du fleuve, près du centre culturel français. La construction est effectuée au printemps 1980 par l’entreprise Leonarduzzi qui est présente à St Louis.

Compte tenu du retard de versement des subventions, les parents ont tous fait une avance très conséquente sur les frais d’écolage pour payer l’entreprise.

La 2ème année de fonctionnement (1980-1981) :

L’école emménage dans ses nouveaux locaux à la rentrée. Les parents ont obtenu une subvention de fonctionnement et une subvention exceptionnelle pour la construction, ainsi qu’un poste de directrice (Mme Hélène Maillet). L’école comprend 4 classes plus quelques élèves (5 ou 6) qui sont en 6ème. Les cours de 6ème sont assurés par des coopérants bénévolement et par des enseignants locaux rémunérés.

La 3ème année de fonctionnement (1981-1982)

L’ouverture d’une classe de 5ème peut se faire grâce à la création par la France d’un poste d’enseignant de collège occupé par Michèle Gremmo.